lundi 1 février 2016

C'est quand que çà s'arrête ???





 

J’ai cru mourir plusieurs fois et je suis encore là. c’est une blague je sais pas et vous ?
Mais à quel prix !!!
« Les jours passent et ne se ressemblent pas » … Un lundi génial, des projets pour ta santé, t’as des rendez-vous en prévision, tout est cool, arrive le soir la routine quoi ! Le papounet range la vaisselle pendant que je me lève pour aller me laver les dents, installé sur une chaise comme d’habitude devant le lavabo je brosse brosse… brosse comme je peux c’est pas simple ! Essayez de vous brosser les dents de la main gauche alors que vous êtes droitier vous vous en mettez partout du dentifrice et vous n’avez pas de handicap moteur et si c’est le cas vous comprenez ce que je veux dire…
Le problème c’est pas le dentifrice …
C’est que lorsque tu t’y attends pas … que tu tombes de ta chaise sans raison et que par bonheur on te rattrape pour que tu ne te blesses pas (oui il est âgé mais arrivé juste à temps … direction tant bien que mal jusqu’à mon lit) le problème n’est pas là non plus… j’ai l’habitude depuis tout petit de tomber et me relever parce que  j’ai été élever ainsi (çà m’a permis d’avancé)…
… des coups de couteau dans le cou me transpercent  la peau les os la tête je ne peux pas crier j’ai trop mal je serre les dents mais je suis bloqué  … je suis perdu dans ce monde horrible que je connais depuis peu « la dystonie » mes membres sont tordus je m’accroche à la barre de mon lit tout mon corps se tord et je ne peux combattre car plus je combats plus çà se bloque et plus j’ai mal … c’est cette saleté qui est entrée dans ma vie d’handicapé moteur cérébrale (I.M.C) comme si j’en avais pas assez … un moment de répit ouf c’est fini, j’attrape la potence juste au dessus pour essayer de me relever seulement je dois relâcher trop mal çà recommence je peux plus enlever ma main elle est accrochée j’ai tellement mal… je sens une main me tenir le bras, je sais qu’elle est là je l’ai entendu mais je ne peux la voir mes yeux sont fermés de douleur et sans larmes.
A chaque crise je me dis que c’est la dernière et puis une autre et une autre et encore morphine et douleurs si vives que l’on voudrait prendre encore un autre médoc pour que çà s’arrête…
Pour que çà s’arrête. J’aimerais tellement je donnerais tout et parfois je  ….
Je leur ai souvent dit que j’aurais préférer être handicapé mental plutôt que de comprendre ce qui se passe.
Ce soir, encore une …  je ne sais pas ce que sera demain mais j’espère.


...

A ce jour, lundi 1er Février 2016  les crises sont imprévisibles que ce soit le jour ou la nuit...
Ma famille est inquiète comme moi mais la vie doit continuer pas le choix.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire